Concepts Financiers sur le Net – Machines à Gagner ou Attrape-Gogos ?

Vous recherchez de nouveaux revenus….
Je vous souhaite bon courage…
Je m’explique..

Si vous avez besoin de générer de nouveaux revenus…
Sauf à trouver des petits boulots autour de chez vous,
ce qui reviendrait à échanger beaucoup de votre temps contre bien peu d’argent…
Vous allez tout naturellement vous tourner vers notre compagnon GOOGLE…
Et de l’information, il peut vous en fournir notre ami !!! …  Énormément même !!!…
Et c’est là que tout peut se compliquer.

L’internet est un espace de liberté. Mais en matière d’opportunités financières,
on peut lire tout et son contraire, et le plus souvent sans aucune information sur les structures sociales
gérant ces concepts, soit disant révolutionnaires et lucratifs pour tous.
Beaucoup de promesses mais en revanche, aucune garantie sur leurs rentabilités,
ni bien entendu aucune certitude de revoir vos investissements initiaux…

Le sujet de cet article n’est pas de tout jeter à la corbeille..
Mais de mettre l’accent sur la prudence et de comprendre exactement de quoi on parle…

Il y a possibilité de gagner de l’argent dans certains de ces concepts,
mais la meilleure attitude à avoir, est de les appréhender comme des jeux à risques et non comme des business,
d’ impérativement ne risquer que ce que l’on peut perdre,
en cas de cooptation, de n’amener d’autres personnes que sous cette condition,
et d’y entrer au bon moment…..

L’internet: Entre belles opportunités & attrape-gogos

L’internet se fait la vitrine d’innombrables opportunités
qui seraient toutes plus rentables les unes que les autres.
On vous parle des rentabilités de 1.. 2..3%.. par jour,
sur des supports comme la publicité internet, Le Foreign Exchange, les commodities…
Sans qu’une seule fois, on ne vous présente clairement comment sont obtenues de telles rentabilités
Ces concepts hors normes auraient été imaginés par des personnes
ayant amassé des fortunes colossales dans diverses industries.
Et elles seraient animées des meilleurs sentiments pour donner aux plus démunis,
l’accès à des conditions de vie meilleures .. Les portes de l’abondance sont grandes ouvertes à tous…
Eh bien moi je dis bravo.. Mais je demande à voir !!!!

L’ennui est que l’on trouve rarement les noms de ces personnes
dans le monde du business traditionnel..
Certaines étant d’ailleurs plus souvent citées dans les chroniques judiciaires
que dans le club des grands capitaines d’industries…
Et puis..
Je veux bien croire que certains marchés soient sensibles
et que les savoir-faire des traders soient jalousement protégés,
mais tout cela me parait quand même bien opaque, et face à une communauté du MLM si crédule,
je serais tenté d’écrire, plus c’est gros et mieux ça passe…..

D’où vient l’argent ???
La colonne recettes…

Un élément doit absolument retenir l’attention de la personne qui recherche une nouvelle opportunité.
Beaucoup de ces nouveaux « business » se développent par le parrainage, par cooptation.
Il faut donc bien étudier le plan de rémunération, les commissions et les bonus groupe.
Si les commissions de parrainage sont très / trop  attractives,
il y a fort à parier que vous vous trouviez en présence d’une bonne vieille pyramide de Ponzi.
En effet la totalité des rentabilités est dans ce cas payée par les nouveaux arrivants.
Ce système est vieux comme le monde, il pourrait aussi porter le nom de « Madoff ».
La bulle va se gonfler très vite à mesure que de nouveaux membres apportent de nouveaux fonds,
mais va se dégonfler encore plus rapidement dès que les premiers membres
vont commencer à demander des paiements,
….. S’il ne rentre pas suffisamment de nouveaux fonds pour alimenter le système.

C’est pour cette raison que la colonne recette d’un concept financier
doit être passée à la loupe, avérée et prouvée..
Nous assistons régulièrement au lancement de nouvelles gammes de produits par vente en réseau.
Le bien-être et la beauté sont les secteurs qui utilisent le plus ce mode distribution..
La vente en réseau peut être une bonne solution pour commencer à gagner de l’argent.

Dans les années 80 / 90 les compagnies de vente directe imposaient à leurs membres
des volumes de ventes importants auprès d’une clientèle extérieure au réseau, avec déjà,
la possibilité de coopter d’autres vendeurs. Les plans de rémunérations étaient très compliqués, voire piégeux,
et favorisaient donc les bons vendeurs privant de fait les compagnies d’une croissance rapide…
Depuis les années 2000 de nouveaux plans de compensation ont été appliqués.
Beaucoup plus dynamiques, l’accent est mis sur le développement d’un réseau d’auto-consommateurs,
s’engageant à consommer des produits ou des services chaque mois
pour un minimum de volume personnel.

Dans ce système, la quasi totalité des commissions reçues par les développeurs de réseau
sont issues de leurs propres groupes. Dans le cas de vente de « vrais » produits
cela ne pose pas de problème,  sauf un:
Les commissions sont conditionnées par la consommation à l’intérieur du  réseau..
Je vous laisse imaginer le cas où, pour des raisons X ou Y, le réseau viendrait à consommer moins ..
ou qu’il serait parti vers la concurrence, tellement abondante dans certains domaines.

Autre point important sur ces plans de rémunération.
Je serais tenté de dire que la vente directe propose toujours d’excellents produits..
Mais à quels prix !!!… Là encore, il n’y a pas de mystère.. Si le plan de rémunération est attractif;
et s’il ne comporte pas de pièges comme certains plans binaires.. c’est que les marges sont importantes..
voir très importantes.. ce qui implique des produits chers.. très chers.. de très bonne qualité, certes,
.. mais très chers… Ce qui « condamne » le membre à parrainer pour que ses commissions groupe
paient sa consommation perso.. Donc dans ce cas de figure la colonne recette est très claire,
mais la stabilité du réseau et donc des revenus dans le temps reste aléatoire..

Autres temps ..
Autres modèles économiques

Depuis quelques mois le net se fait l’écho d’opportunités d’un nouveau genre.
On sollicite les gens pour investir dans des projets de particuliers
et d’entreprises sous la forme du financement participatif.
Le crowdfunding de son nom anglais, est maintenant bien encadré.
Il constitue un mode de financement pour les PME’s dont le volume double chaque année.
Les appels de fonds s’effectuent via des plateformes sur internet,
sites qui doivent posséder les accords des autorités financières.

Cette courte description du financement participatif, pour vous démontrer
que si les appels de fonds ne sont pas réalisés via une plateforme dument accréditée,
au profit de vraies entreprises, associations 1901 déclarées, pour soutenir de VRAIS PROJETS..
Il y a des fortes chances pour que vous soyez en présence d’un système dans lequel,
sous couverture du crowdfunding, l’argent des nouveaux membres va servir
à financer les vacances, la piscine, la cave à vins ou à cigares
des membres entrés avant vous. Une belle façade: Le financement participatif,
derrière laquelle se cache une nouvelle fois l’esprit de feu Ponzi…
Le meilleur des systèmes peut connaître ses dérives, en voici encore la preuve…

Alors la panacée c’est quoi ??

Il ne faut pas s’en cacher.. Nous recherchons tous à faire de l’argent,
avec le moins de travail possible, dans des délais les plus courts possibles…
Prendre de l’argent sans travailler, c’est possible,
mais ça ne veut pas pour autant dire qu’il n’y a pas eu travail pour générer cet argent..

Gagner de l’argent de manières, passive et récurrente, implique la notion de patience.
Un salarié qui fait valoir ses droits à la retraite, a cotisé pendant plusieurs dizaines d’années.
Un investisseur immobilier, a fait une opération blanche pendant 5, 10, 20 ans
avant de tirer un revenu passif de ses appartements loués.
Le temps est nécessaire à toute construction et en matière de revenus passifs,
il fait loi si l’on souhaite  des revenus solides et durables.

Car finalement la bonne question à se poser,
n’est pas QUAND.. mais COMBIEN je vais gagner et surtout PENDANT COMBIEN DE TEMPS…
Et le choix, du ou des supports, est déterminant..

Les investissements sur des projets industriels ont actuellement très bonne presse.
D’ordinaire réservées aux gros investisseurs, les rentabilités des entreprises
et notamment des startups dans la haute technologie deviennent accessibles à Mr Toutlemonde.
Le Financement Participatif contre contrepartie financière,
une des déclinaisons du crowdfunding, permet, de soutenir un projet par une contribution modique,
et de percevoir des royalties pendant X années sur le chiffre d’affaires du projet co-financé…

Ici la colonne recette est alimentée par les clients de la compagnie porteuse de projets,
et donc extérieurs au réseau de contributeurs.

De vrais produits mais pas de ventes à réaliser pour le  contributeur, une zone de chalandise mondiale,
une contribution modique, une activité non chronophage, des revenus récurrents, des contrats sur plusieurs années…
Tous les avantages de la vente directe de produits  en réseau sans les inconvénients..

Ce concept peut sembler attractif.. et il l’est effectivement..
à condition que certains points soient respectés:
Connaitre l’entreprise et son dirigeant
Opérer sur les bons marchés
Contribuer via une structure régulée en Europe ou aux US
Contractualiser les conditions de rétribution

L’autre intérêt de contribuer au financement d’entreprises,
et pas des moindres à mon sens, est que notre argent sert directement notre économie.
En investissant dans nos entreprises,
nous investissons dans le même temps pour l’emploi de nos jeunes…

Investir dans des entreprises françaises et recevoir une partie de leurs rentabilités
chaque mois pendant plusieurs années..
Sur des marchés porteurs au niveau mondial,
sans rien avoir à vendre…
En toute transparence ..
Réalité ou fiction ???

La Réponse en Quelques Minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *